Atrihom, votre agence d'intérim vous souhaite un bon 1er mai !Savez-vous pourquoi on ne travaille pas le 1er mai ? D’où vient l’appellation « Fête du Travail » et la tradition d’offrir un brin de muguet ce jour-là ? Ce jour férié est-il rémunéré ? Et si oui, sous quelles conditions ? C’est parti pour une page culturelle… et professionnelle !

Une origine outre-atlantique

La Fête du Travail puise ses origines dans une grève généralisée de salariés américains le 1er mai 1886. Ces derniers réclament la journée de travail de 8 h. Les patrons s’y opposent. La contestation est vive et même sanglante. Trois ans plus tard, en France, le 1er mai est adopté comme « Journée internationale des travailleurs ». Il faut attendre 1919 pour voir la journée de 8 h ratifiée. Un an plus tard, le 1er mai devient, à titre exceptionnel, une journée chômée. En 1941, l’expression « Fête du travail » remplace celle de « Fête des travailleurs ». En avril 1947, le gouvernement issu de la Libération officialise le 1er mai comme jour chômé et payé. C’est l’interdiction légale de travail sans réduction de salaire.

Un jour chômé et payé pour tous ?

En France, nous disposons de 11 jours fériés. Le 1er mai est le seul qui doit être obligatoirement chômé. Certains secteurs d’activité (hospitalier, transports…) ne pouvant interrompre leur travail bénéficient cependant d’une dérogation. Dans ce cas, les heures travaillées sont majorées à 100 %, voire plus selon les dispositions conventionnelles applicables. Le 1er mai tombant un mercredi cette année, si vous travaillez à temps partiel et que votre jour de repos tombe ce jour-là, vous ne serez pas rémunéré(e)🙄.

En ce qui concerne le travail en intérim, le 1er mai est un jour chômé et payé pour les salariés intérimaires, dès lors qu’il est compris dans la mission.

Pourquoi offre-t-on un brin de muguet ce jour-là ?

Cette tradition remonte à la Renaissance. Elle est officialisée le 1er mai 1561 par le roi Charles IX qui ayant reçu un brin de muguet ce jour-là, décide d’en offrir chaque année aux dames de la cour. Elle devient populaire le 1er mai 1900, lors d’une fête organisée par les grands couturiers parisiens, au cours de laquelle toutes les femmes reçurent la petite plante à clochettes.

En France, les manifestants du 1er mai défilèrent d’abord en portant à la boutonnière un triangle rouge, porteur d’une revendication ouvrière : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil et 8 heures de loisir. Quelques années plus tard, il est remplacé par une fleur d’églantine. En 1907, à Paris, le muguet trouve enfin sa place sur la boutonnière avec un ruban rouge.

Bon 1er mai à tous !